Les représentations que l'on a des faits historiques nous vient en général de ce qui nous a été inculqué à l'école. Les manuels scolaires se veulent être la vitrine des connaissances mais  peuvent être celle d'une Histoire officielle. Ils sont soumis aux programmes du ministère qui définissent les contenus mais aussi les démarches.

Il est donc intéressant, voire même fondamental pour des enseignants, de se pencher sur d' "innocents" manuels scolaires, anciens ou récents, entre histoire et mémoire, roman national et fait historique l'enjeu peut être de taille. En lisant l'excellent "Penser la Grande Guerre, un essai d'historiographie" d'Antoine Prost et Jay Winter, on comprend que la "Grande Guerre", comme tous les autres faits historiques, n'échappe pas aux fluctuations des analyses ou des propos :"Où les questions, et les réponses, se sont elles déplacées, pour satisfaire quelles attentes d'un public renouvelé, en fonction d'un contexte changeant ?"
Il en est de même pour les manuels scolaires. De la notion de "belles histoires" à "l'étude des traces passées" pour revenir au "récit" l'Histoire à l'école a connu aussi son cheminement. Alors qu'en est-il de la représentation de la première guerre mondiale dans les manuels ? Je ne prétends pas être historiographe, prenez cela comme des tentatives de réflexion sur ce thème.