instruction_3

 

Au conseil de révision, le niveau d'instruction était évalué. Comment ? Mystère, probablement succinctement.

Il y avait 5 niveaux d'instruction (les termes ci dessous sont ceux utilisés dans le compte rendu sur le recrutement  de l'armée de 1907) :

0 : ne sachant ni lire ni écrire
1 : sachant lire seulement
2 : sachant lire et écrire
3 : ayant une instruction primaire plus développée
4 : ayant obtenu le brevet de l'enseignement primaire (S'agit-il du brevet de capacité à l'enseignement primaire ?)
5 : bachelier ès lettres, bacheliers ès sciences et bacheliers de l'enseignement secondaire spécial

 

Selon les données de ce compte rendu, les hommes ayant le niveau 3 et plus représentaient, pour l'année 1907 :
niveau national : 67,12% des "jeunes gens maintenus sur les tableaux de recensement"
Seine Inférieure : 75,95 %

Pour l'instant la base de fiches de matricule, concernant les conscrits du secteur pour l'année 1907, est insuffisante pour établir une comparaison.
On peut juste tirer les données suivantes des 168 fiches indiquant le niveau d'instruction (hommes nés entre 1874 et 1898) :

 

Niveau 0 : 17, soit 10,12 %
Niveau 1 :  6, soit  3,57 %
Niveau 2 : 34, soit 20,23 %
Niveau 3 : 110, soit 65,47 %
Niveau 4 : 0
Niveau 5 : 1, soit 0,59 %

 

Les conscrits nés en 1874, avaient 8 ans lorsque la loi sur l'obligation scolaire a été promulguée ; ils avaient atteint à 89,47 % le niveau 3. (cohorte de 19 conscrits).
Ceux nés en 1887 (cohorte de 21 conscrits) n'étaient plus que 52,38 % à avoir atteint ce niveau.
Ceux nés en 1883 et 1890 (cohorte de 18 chaque) étaient 77,77 %.

Le nombre d'éléments dans chaque groupe est pour l'instant trop faible pour en tirer des conclusions, surtout en ne sachant pas quelles étaient les modalités d'évaluation et leur éventuelle évolution.
Affaire à suivre donc...